Les mythes sur les énergies renouvelables.

énergies renouvelables

Depuis plusieurs années maintenant, les énergies renouvelables sont au centre des attentions. En effet, elles constituent un des éléments-clés dans la transition énergétique. Nous décryptons avec vous les idées reçues qui circulent à leur sujet. 

1. Les énergies renouvelables sont plus chères que les énergies fossiles. 

C’est faux ! C’est une des affirmations qui revient le plus souvent. Et pourtant, le prix des énergies renouvelables est de plus en plus bas. En effet, grâce à l’augmentation de la demande et de la concurrence ainsi qu’aux progrès des nouvelles technologies, le prix des énergies renouvelables ne cesse de diminuer. D’ailleurs, les énergies solaires et éoliennes, sont parmi les moins chères au monde. Sans compter que les coûts d’entretien des énergies renouvelables sont beaucoup plus bas que ceux des énergies polluantes. 

2. Les énergies renouvelables ne sont pas suffisantes pour couvrir la consommation d’un pays. 

Vrai, pour le moment, mais faux, sur le plus long terme ! Il faut commencer par noter que les énergies renouvelables sont produites dans le pays-même, contrairement aux énergies polluantes qui sont souvent importées. Cela assure une certaine sécurité au niveau de l’approvisionnement

Ensuite, s’il est vrai qu’avec les moyens de production actuels, les énergies renouvelables ne sont pas en mesure de fournir l’ensemble de nos besoins en énergie.  

En revanche, si nous développions les moyens de production renouvelables à très grande échelle (national ou européen, par exemple), cela pourrait facilement couvrir une grande partie ou toute la consommation européenne. 

Il est donc important de continuer le développement des moyens de production des énergies renouvelables pour qu’elles puissent, à elles seules, couvrir les besoins énergétiques.  

3. Les énergies renouvelables polluent plus que les énergies classiques. 

Disons-le tout de suite, c’est faux ! Alors, bien sûr, les énergies renouvelables polluent aussi. Bien que les énergies renouvelables n’émettent pas de CO2 lorsqu’elles produisent de l’électricité, des gaz à effet de serre peuvent par contre être rejetés lors de différentes étapes de leur vie (par exemple durant leur fabrication). Néanmoins, si on fait le total des émissions de gaz à effet de serre des énergies vertes (de leur fabrication, à leur démantèlement), on se rend compte qu’elles polluent indéniablement moins.  

Par exemple, l’éolien émet 14,1g de CO2, le photovoltaïque 43g, tandis que le charbon émet 1.060g de CO2, le fioul 730g et le gaz 418g. Il n’est pas difficile de constater que l’impact des énergies fossiles sur l’environnement est bien plus important. 

4. Les énergies renouvelables ne sont pas fiables et dépendent de la météo. 

C’est faux ! Certes, les énergies solaire et éolienne ne fonctionnent pas tout le temps, la production est naturellement variable.  

En effet, les éoliennes produisent environ 95% du temps. Concernant l’énergie solaire, elle dépend davantage des conditions climatiques. De plus, il est évident que l’énergie solaire, ne peut, par définition, pas produire durant la nuit. Il s’agirait donc plus d’une source complémentaire d’énergie.  

L’important serait donc de coupler différents moyens de production verts afin d’avoir un approvisionnement constant et sûr. Par exemple, les centrales hydrauliques peuvent être activées à volonté puisque l’eau est stockée dans un barrage. En outre, la biomasse ou le bois, eux, ne sont pas dépendants des conditions météo et représentent une source permanente d’énergie renouvelable.  

Conclusion… 

Il existe un grand nombre de mythes relatifs aux énergies renouvelables aujourd’hui. Bien souvent, ces affirmations sont fausses ou à nuancer. Il est clair que les énergies renouvelables représentent de nombreux avantages. Il est essentiel de continuer à travailler à leur développement dans le cadre de la transition énergétique.