Les éco-gestes des activités en plein air : 1er épisode – le jardinage

eco-geste-jardinage

La crise Coronavirus aura amené avec elle son lot de mauvaises surprises mais aura au moins permis aux Français de se découvrir de nouveaux talents. On s’est intéressé aux activités extérieures ‘en confinement’ et les gestes éco-responsables à adopter durant leur pratique. Dans ce 1er épisode, on vous parle du jardinage éco-responsable.

Durant cette période de confinement, nous nous sommes bien entendu tous (ou majoritairement) adonnés à nos divertissements habituels (regarder une série sur Netflix, surfer sur le net, jouer aux jeux vidéo, etc.) mais pas seulement.  A l’image d’un rythme quotidien subitement ralenti, nous avons pris le temps de trier nos vieilles affaires, de faire le tri tout court, de jardiner et d’adopter un mode de vie plus sain en cuisinant davantage et en pratiquant une routine sportive régulière.

Allons-nous tenir ces nouvelles habitudes sur le long terme ? Les paris sont lancés ! Chez Mega Energie, on s’est surtout concentré sur les deux passe-temps qui ont eu la cote ces deux derniers mois ; le jardinage et le sport en plein air. Si ces activités sont les nouvelles tendances, alors autant les pratiquer en joignant l’utile à l’agréable.

Dans ce 1er épisode, on vous fait découvrir comment devenir un citoyen responsable en adoptant les éco-gestes du jardinage.

1. Votre jardin, un véritable garde-manger à ciel ouvert.

Acheter bio c’est bien (mais cher), cultiver sa propre nourriture, c’est mieux (et moins coûteux) ! Votre jardin ne fait pas seulement office d’ornement, c’est une véritable source alimentaire – faites-en bon usage !

2. Stop à la fertilisation chimique des sols.

jardiner écolo

Vous vous en doutiez, mais on se devait de le mentionner. La première étape pour un jardinage éco-responsable, c’est de bien choisir les espèces à cultiver et les conditions dans lesquelles elles pousseront (climat, orientation, qualité de la terre…). Certaines cultures ne prendront pas sur certaines zones spécifiques, que vous le vouliez ou non. Bien souvent, le jardinier amateur ne prendra pas la peine d’évaluer le type de sol auquel il a affaire et forcera les choses en y ajoutant de la chaux ou du soufre pour mieux le fertiliser et y faire pousser des plantes inadaptées. Le sol est la première réserve d’éléments nutritifs, d’eau et d’air – il est important de connaitre sa nature (lourd, léger, riche, pauvre en matière organique, teneur en minéraux, …) et de le respecter.

3. Adoptez des méthodes de lutte préventive.

Un bon moyen pour interrompre le cycle de développement des parasites est de pratiquer la rotation des cultures. De cette manière, vous utiliserez de manière optimale les réserves nutritives du sol en plantant des légumes aux besoins différents et sans provoquer de carences.

4. Privilégiez le « recyclé ».

Comme les grands jardiniers respectueux de l’environnement, optez pour les matériaux recyclés (pots biodégradables et compostables) tout aussi performants que les kits de jardinage dernier cri des grandes marques.

5. Jardinez « raisonnable ».

Posez-vous les bonnes questions : de quoi avez-vous vraiment besoin et pour combien de personnes ? On a souvent tendance à en faire trop, trop d’espèces, trop de quantité… Il faut trouver le juste milieu et contrôler ses envies. Évitez la multiplication des variétés ; chaque plante à des besoins différents qui peuvent se confronter.

6. Choisissez des cultures résistantes.

Pour éviter l’utilisation de pesticides et herbicides, cultivez des légumes résistants à une variété d’insectes et de maladies : laitues, tomates, courges d’été et courgettes, mélanges de mesclun…

7. Récoltez l’eau de pluie et faites des économies d’eau.

récupérer eau de pluie

Vous faites attention à votre consommation d’eau à la maison ? Faites de même à l’extérieur. Placer un baril de pluie sous vos gouttières vous permettra de recueillir une eau sans chlore pour arroser votre pelouse, votre jardin, … C’est un moyen peu coûteux dont il serait dommage de se passer. Quant à l’arrosage, soyez du matin, … ou du soir. Assurez-vous simplement d’éviter d’arroser lorsqu’il fait chaud. C’est un éco-geste qui tombe sous le sens. Sous l’effet de la chaleur, vous serez contraint(e) d’arroser à nouveau et donc de consommer plus Enfin, privilégiez les plantes peu gourmandes en eau. Pour ça, favorisez les espèces locales et adaptées au climat de votre région. Ces plantes ont aussi l’avantage de demander peu d’entretien.

8. Tout se récupère…

Récupérez vos déchets alimentaires (fruits, légumes) pour faire du compost. Celui-ci enrichit la fertilité du sol en lui donnant des nutriments. En plus de stimuler le développement de racines saines, l’ajout de compost riche et terreux améliore également la texture du sol, favorise l’aération et la rétention d’eau.

9. Protégez votre jardin grâce au paillage.

Le principe ? Recouvrir le sol avec des matériaux végétaux (paille coupée, fougère, écorces de pin, herbe tondue …) pour limiter l’évaporation de l’eau et la pousse des mauvaises herbes. Cette technique permet d’absorber l’eau et de maintenir l’humidité de votre sol. C’est aussi une excellente méthode pour réduire vos apports en eau.

10. Les semences plutôt que des plantes.

Nombreuses sont les pratiques de jardinage peu respectueuses de l’environnement (achat de pépinières). Pour éviter cela, privilégiez l’achat des semences et non des plantes. Dans le même esprit, créez vos plantes à partir de boutures, ou récupérez des plants d’un voisin ou d’ami.

11. Osez les arbres.

L’impact des arbres sur la qualité de l’air (humidité, captage de la pollution…) est largement supérieur à celui des petites plantes. Véritables alliés de l’écologie urbaine, ils font également office de refuge et de garde-manger pour les pollinisateurs, les oiseaux et autres insectes, tant au moment de la floraison que de la fructification. Enfin, les arbres enrichissent les sols grâce à la chute de leur feuillage, captent du carbone, et créent des micro-climats protégés (soleil, vent).

12. Les pollinisateurs sont vos amis.

En cultivant une grande diversité de fleurs indigènes, comme le lilas sauvage, la verge d’or et la mélisse, non seulement vous créerez un équilibre idéal pour la santé de vos plantes, mais en plus vous attirerez les papillons et les abeilles et leur offrirez un sanctuaire sans pesticide. Quand on sait que ces insectes affectent 35% de la production des cultures du monde et augmentent la production des principales cultures vivrières dans le monde entier, on se dit que ça vaut le coup.

13. Respectez les saisons.

Si vous faites partie de ceux qui respectent l’environnement, alors vous savez que la meilleure façon pour jardiner « écologique » est de collaborer davantage avec la nature. C’est la clef du jardinage écolo. Si vous plantez vos tomates au début du mois de mars, vous ne récolterez pas de bons plants. Il faut tenir compte du climat. Il y a un temps pour tout et pour les plantations aussi ! Ne craquez pas dès la venue des premiers rayons de soleil. Attendez la fin du mois de mars et la remontée des températures pour installer des plants de légumes, bulbes et autres fleurs saisonnières. Certains diront même qu’il faut « jardiner avec la lune ». Même si ce n’est pas prouvé scientifiquement, on sait pourtant qu’elle a une influence sur la rotation de la terre et donc les saisons… Le calendrier lunaire aiderait à déterminer à quel moment il est recommandé de semer, planter, récolter sa production…

Enfin, dans la mesure où les produits chimiques sont « oubliés », acceptez que votre potager ne soit pas parfait ! Ne traitez pas les plantes à la moindre feuille jaunie. Acceptez de ne pas maîtriser la nature, le jardinage ne fonctionne pas à chaque fois. Il est d’ailleurs conseillé de préserver un espace en friche dans votre jardin. En effet, pour préserver l’écosystème, il est important de laisser la nature développer une flore et une faune diversifiées en laissant un coin de jardin livré à lui-même.

Vous avez maintenant tout en mains pour devenir de véritables éco-jardiniers.

Retrouvez tous nos conseils pour adopter une attitude éco-responsable et durable sur notre blog.