Le vélo électrique – un achat vraiment intéressant ?

vélo électrique

Dans un souci de réduction de leur empreinte carbone, on voit de plus en plus d’usagers de la route se tourner vers d’autres moyens de déplacement. Il semblerait que le deux-roues électrique ait de plus en plus la cote. Alors, acheter un vélo électrique, bonne ou mauvaise idée ? On s’est renseigné pour vous.

Les puristes du cyclisme ne l’approuvent pas et pourtant, le vélo électrique a le vent en poupe. Si vos trajets quotidiens ne dépassent pas les 3km, ont peu de dénivelé et si vous êtes en bonne santé, il n’est évidemment pas nécessaire de passer à l’électrique. Mais la véritable force du vélo électrique, c’est d’apporter une alternative lorsque le vélo classique ne suffit pas. Quelles sont ses forces, quelles sont ses faiblesses ? Voici une liste non-exhaustive.

Les avantages

  • À vous la puissance et la vitesse. Avec un vélo électrique, vous ne redoutez plus de pédaler les 15km aller-retour qui vous séparent de votre lieu de travail. L’assistance électrique vous fera prendre de la vitesse (jusqu’à 25km/h) en roulant très rapidement et facilement. Cela vous permettra de réduire la durée de votre trajet, un avantage non-négligeable.
  • Si vous vivez en ville, c’est vraiment la solution idéale pour vous déplacer rapidement et de façon plus économique. Un deux-roues est plus agile, plus facile à garer et moins cher que les tickets de parking. Vous pouvez aussi décider d’opter pour un vélo électrique pliable ; le vélo vous accompagne quand et où vous voulez l’emmener. C’est aussi plus pratique à ranger si vous vivez dans un petit appartement.
  • Vous vous déplacez sans trop d’effort dans des endroits impensables avec un vélo classique. Et oui, les pentes font partie du quotidien d’énormément d’habitants. Le vélo électrique est donc une excellente solution, même lorsqu’il s’agit de grimper une côte à 10% d’inclinaison. Attention, contrairement à ce qu’en disent ses détracteurs, le vélo électrique ne roule pas tout seul. Il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton pour le faire avancer. Cela reste un vélo classique et l’assistance électrique n’est là que pour vous aider.
  • Vous pouvez vous rendre au bureau sans arriver tout transpirant puisque le vélo fait le travail pour vous.
  • Vous conservez votre indépendance et ne devez pas vous calquer sur les horaires des transports en commun. Grâce à votre vélo, vous organisez vos trajets comme et quand vous le voulez. Vous avez aussi le choix de combiner le vélo et les transports en commun pour les trajets plus longs. Là aussi, le vélo électrique pliant peut s’avérer être très pratique.
  • Vous gardez la forme. Même s’il s’agit d’une activité douce, le vélo (même électrique) vous permet de pratiquer une activité sportive quotidienne, de vous oxygéner et de rester en bonne santé.
  • Contrairement à une voiture, le vélo électrique ne fait pas consommer de carburant, mais votre énergie à vous. Vous participez donc concrètement et efficacement à une démarche de développement durable. Attention, ne faites pas l’erreur de jeter vos batteries. Elles sont recyclables.
  • Vous rentabilisez votre achat relativement vite. Le prix d’un bon vélo électrique se situe dans une fourchette allant de 1.000€ à 3.000€. C’est un sacré montant, c’est vrai… mais le coût sera très vite amorti au vu des économies en carburant et en temps que le vélo vous fera économiser à chaque trajet.

Les désavantages

  • Le vélo électrique attire les convoitises. Assurez-vous de bien faire le nécessaire afin d’éviter qu’on vous vole votre bijou, surtout dans les villes. Il existe aujourd’hui de très bons antivols et solutions de tracking du vélo en cas de vol.
  • Là où un vélo classique sera limité par vos cuisses qui brûleront, le vélo électrique lui, a un seuil de vitesse maximum que l’on ne peut franchir, même avec la meilleure volonté du monde ! Le moteur est réglé pour arrêter d’accélérer lorsque vous atteignez un certain seuil (en fonction du modèle). La vitesse du vélo électrique a donc ses limites.
  • Le problème de batterie. C’est un désavantage impossible à contourner. Comme tous les appareils à chargement, le vélo électrique n’y échappe pas. A l’heure actuelle, la plupart des vélos électriques de bonne qualité ont une autonomie se situant entre 50km et 150km. Si vous n’êtes pas en mode « turbo » toute la journée et que vous utilisez bien les réglages d’économie, vous ne devriez pas tomber à plat.
  • Les vélos électriques plus lourds que les vélos classiques. Et c’est évident ! La batterie souvent proéminente, le moteur, les composants supplémentaires et le cadre renforcé sont autant d’éléments qui les rendent automatiquement plus lourds. On parle d’une différence pouvant aller jusque 10kg selon les modèles. Cependant, l’assistance motrice fait disparaître cet embonpoint lorsque vous roulez. Ce sera peut-être un peu plus compliqué si vous devez le portez. Toutefois, de nombreux progrès techniques ont été réalisés et les dernières technologies ont permis des prouesses inespérées ! Les nouveaux matériaux utilisés ont considérablement allégé le poids des vélos électriques, notamment en ce qui concerne les moteurs et les batteries. Certaines marques proposent d’ailleurs des vélos électriques de moins de 20 kg, voire moins de 15 kg !
  • Même si leurs prix tendent à baisser, cela reste un investissement. Mais comme on vous l’a déjà dit, il sera vite rentabilisé et vous fera économiser de précieux euros d’entretien voiture et d’essence.

Vous allez acheter un vélo électrique ? Que choisir et à quoi prêter attention ?

1. Le modèle d’assistance.

Il existe deux grands modes d’assistance électrique :

  • Le capteur de mouvement qui s’active une fois que vous commencez à pédaler et qui ne tient pas compte du rythme de pédalage.
  • Le capteur de force qui s’active au démarrage et s’adapte à votre pédalage.

Ces deux modes d’assistances existent sur 3 types de vélos :

  • Le vélo à assistance électrique (VAE). Il s’agit du modèle le plus simple et le moins puissant. Il est limite à 25 km/h et convient à tout type de profils.
  • Le vélo motorisé. Il offre plus de puissance et donc n’est autorisé qu’à partir de 16 ans. Il est aussi limité à 25km/h.
  • Le speed pedelec. Véritable cyclomoteur, il peut atteindre une vitesse de 45km/h. Cet engin n’est autorisé qu’à partir de 16 ans, requiert un casque, un permis de conduire et doit faire l’objet d’une immatriculation.

2. La batterie.

Optez pour un modèle fixe ou amovible en fonction du vélo. Gardez en tête que les batteries amovibles faciliteront la recharge. Parmi les différents types qui existent, on retrouve, des moins chères (min. 150€) au plus chères (min. 650€) :

  • Les batteries au plomb : lourdes et avec peu d’autonomie.
  • Les batteries au nickel : moins lourdes mais avec une autonomie moyenne.
  • Les batteries au lithium-ion : très légères et bonne autonomie.
  • Les batteries lithium fer phosphate : plus ou moins légères, écologiques, grande autonomie.

3. Le prix.

Cela peut varier entre 600-700€ et 4000€. Le choix et le prix de votre vélo électrique dépendront de votre usage. En fonction de cela, ce sera à vous de déterminer le montant que vous êtes prêt à investir.

Nous espérons avoir pu vous en apprendre un peu plus sur ce deux-roues électrique et vous avoir aidé à faire le meilleur choix.