Le réchauffement climatique : urgence !

Des pics de chaleur de plus en plus précoces. Des inondations de plus en plus fréquentes. Un glacier qui s’effondre. Tout ça, ça se passe en Europe, près de chez nous. Ce ne sont que quelques manifestations concrètes et actuelles du réchauffement climatique qui touchent notre planète. Quelles sont les conséquences à court terme et que peut-on faire pour inverser la tendance ? On fait le point. 

Qu’est-ce que le réchauffement climatique ? 

réchauffement climatique

Le réchauffement climatique, comme son nom l’indique, désigne la hausse des températures moyennes de la surface de la terre. Cela désigne également de manière plus générale la modification des régimes météorologiques. Tous ces phénomènes sont attribués aux activités humaines et plus précisément aux émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine. En résumé, on parle principalement de l’émission de dioxyde de carbone (CO2) dont la principale source résulte de la combustion de combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel pour la production et consommation d’énergie. 

Pour faire simple, la Terre reçoit le rayonnement du Soleil et environ 30% de cette énergie est réfléchie par les nuages, les glaces de la calotte polaire, les banquises et les glaciers. L’atmosphère de la Terre contient des gaz (vapeur d’eau ou dioxyde de carbone par exemple) qui sont à l’origine de « l’effet de serre », c’est-à-dire qu’elle laisse passer la lumière solaire dans un sens, mais retient l’air chauffé dans le sens inverse. Certaines molécules présentes dans l’atmosphère sont capables d’absorber le rayonnement infrarouge terrestre et de le renvoyer dans toutes les directions, y compris vers la surface terrestre. Grâce à ces gaz, la température moyenne sur Terre est de +15°C, sans eux, elle serait de -18°C ! Leur rôle est donc essentiel à notre vie sur Terre. 

Le problème étant qu’avec le développement des industries, l’Humain a ajouté ses propres émissions de gaz à effet de serre à celles qui sont naturellement émises. L’atmosphère n’est plus en mesure de retenir le rayonnement thermique et le renvoie alors directement vers la surface terrestre, ce qui provoque l’augmentation globale des températures. 

C’est un phénomène dont on parle depuis 1850. Toutefois, le problème a très longtemps été pris à la légère et la révolution industrielle ainsi que la croissance économique et démographique des pays développés n’ont cessé d’aggraver la situation que devient aujourd’hui plus qu’urgente. 

Quelles sont les conséquences ?  

réchauffement climatique

Les changements climatiques ont des conséquences multiples et dramatiques pour l’équilibre de notre planète. Citons-en quelques-unes : 

  • L’augmentation des températures induisent évidemment la hausse des températures des océans, ce qui provoque d’une part, la mort de certaines espèces animales mais également une montées des eaux inquiétantes, qui combinée à la fonte glacière, va rendre certaines régions inhabitables. Certains littoraux risquent de se retrouver entièrement sous eau ou sujets à des inondations à répétition. 
  • La désertification de certaines régions qui n’était normalement pas sujettes à des sécheresses. Prenons pour exemple le Sud de la France qui devient de plus en plus chaud et sec. Il en va de même en Espagne et sur tout le pourtour méditerranéen, qui voient certaines végétations disparaître. 
  • Des vagues de chaleur de plus en plus fréquentes et extrêmes vont se produire, impliquant des périodes de sécheresse et possiblement des pénuries d’eau. 
  • Les forêts sont fragilisées par les sécheresses, qui favorisent le développement de parasites. C’est également dramatique car les forêts sont des puits de carbone naturels, c’est-à-dire qu’elles absorbent le CO2 émis par l’atmosphère, ce qui prévient l’augmentation des températures. Les océans et les sols sont également des puits de carbone naturels. 
  • Certaines régions telles que le Canada, la Sibérie, la Californie, l’Australie, entre autres, sont davantage exposées à des énormes incendies, qui sont émetteurs de CO2, c’est donc sans fin. 
  • La santé humaine est bien sûr également menacée puisque les pics de chaleur extrêmes augmentent la mortalité des plus fragiles (les personnes âgées par exemple). Sans compter les vagues de migrations climatiques que cela engendre et continuera à engendrer dans les années à venir. 
  • Le rendement agricole est également affecté par ces dérèglements climatiques car la chaleur intense perturbe le bon développement des plantes cultivées. S’en suivront des pénuries de certaines ingrédients de base, et l’augmentation des prix de l’alimentation. 

Comment lutter contre le réchauffement climatique ? 

réchauffement climatique

Il est évident que les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre sont les industries et producteurs d’énergie issue de combustibles fossiles. Toutefois, l’effort doit être collectif pour limiter le réchauffement climatique. On sait aujourd’hui que depuis l’ère préindustrielle (c’est-à-dire la fin du 19e siècle), la température globale a augmenté de 1,2°C sur Terre. Cela peut sembler anecdotique, mais il n’en est rien. L’équilibre de notre planète est fragile, et ce dérèglement est très conséquent. Pour vous donner une idée, si la barre des 1,5°C de réchauffement est dépassée (à priori, d’ici 15 à 20 ans), des températures atteignant les 50°C sont envisageables en France et alentour. Les scientifiques s’accordent sur le fait qu’il ne faut absolument pas que l’on dépasse l’augmentation symbolique de 2°C. C’est possible et il reste beaucoup de choses à faire qui pourront limiter ces changements climatiques. 

Chacun à notre mesure, nous pouvons agir chaque jour pour réduire notre empreinte carbone. Même si l’on a l’impression que nos actions sont une goutte d’eau dans l’océan, nous sommes près de 8 milliards sur la planète, si chacun met en place des gestes même simples, cela fait la différence ! Quelques exemples concrets et accessibles à tout le monde : 

  • Favoriser les transports peu polluants: limitez l’utilisation de la voiture tant que possible. Préférez les transports en commun ou encore mieux, le vélo ou la marche, qui restent les meilleures solutions. Elles sont peu polluantes, peu coûteuses et ça vous fera du bien au corps et à l’esprit.  Si vous tenez à voyager en voiture, pensez au covoiturage, ce qui divise l’empreinte carbone par le nombre de voyageurs. 
  • Manger moins de viande : l’élevage d’animaux destinés à la consommation représente 14,5% des émissions de gaz à effet de serre. C’est énorme ! Cela s’explique notamment par l’abattage d’arbres pour libérer des espaces pour laisser paître les animaux. De plus, la production demande une énorme quantité d’eau. On peut toutefois facilement remplacer la viande dans notre alimentation, par d’autres protéines végétales par exemple. Consommez donc plus de légumes et de fruits, de préférence de saison et de production locale. En effet, la consommation de fruits et légumes « hors saison » nécessite une culture sous serres surchauffée et ensuite un transport très polluant s’ils ne sont pas produits localement. 
  • Réduire, réutiliser, recycler : en premier lieu, tâchez de réduire vos déchets. Utilisez des sacs réutilisables pour faire vos courses par exemple et des contenants en verre pour conserver vos aliments achetés en vrac. Le recyclage des déchets permettrait d’éviter environ 5% des émissions annuelles de CO2 .Enfin, quel que soit le domaine, pensez à acheter d’occasion ou de seconde main. Cela favorise l’économie circulaire et la lutte contre le réchauffement climatique également. 
  • Réduire sa consommation d’électricité et de gaz : une des plus grandes sources d’émission de CO2 c’est bien sûr la production et consommation d’énergie. Au vu des prix de l’énergie actuellement, maîtriser votre consommation personnelle vous fera en plus faire bien des économies. Pensez donc à bien isoler votre habitation, si possible, afin d’éviter les déperditions d’énergie, utilisez des lampes LED, baissez le chauffage d’un degré et évitez de laisser des appareils électriques en veille. Il est également important, dans la mesure du possible d’avoir recours à des énergies renouvelables et durables. Tous ces petits gestes font la différence sur votre facture d’énergie et pour la planète ! 
  • Attention à la pollution numérique: on n’y pense pas souvent car elle est moins tangible, mais elle est pourtant bien là et responsable de 5% des émissions de CO2 en Europe, chaque année. Il est bien sûr pratiquement impossible aujourd’hui de se passer complètement des nouvelles technologies, mais nous pouvons par contre en faire un usage plus raisonné. 

Pour terminer… 

Partout en Europe ( et ailleurs), les vagues de chaleur extrême vont se succéder durant tout l’été et encore après. Ce sont des conséquences directes du réchauffement climatique. Vous l’aurez compris, il ne s’agit plus d’un scénario catastrophe digne des meilleurs films à sensation ! C’est maintenant que nous devons agir pour la planète et pour notre futur ! 

Pour plus d’astuces afin de diminuer votre consommation d’énergie mais aussi des habitudes plus durables, consultez notre blog